L'ACTUALITÉ FINANCIÈRE & DATA
DES INFRASTRUCTURES

CANVIEW

Albioma, cible de l'OPA amicale d'un fonds infra

Accès libre
Le producteur coté d'énergies renouvelables, aux 1,6 Md€ de capitalisation, va accélérer à l'international en s'adossant au fonds de private equity américain KKR, via sa branche infrastructure. L'OPA s'établit à 50 € par action, représentant une prime de 51,6 % par rapport au cours de clôture du 7 mars dernier.

- 12 conseils
La centrale thermique Albioma Bois-Rouge à La Réunion.

La centrale thermique Albioma Bois-Rouge à La Réunion.

Albioma va passer sous le giron de la branche infra d'un géant du private equity américain. Le producteur d'énergies renouvelables (EnR), coté sur Euronext Paris, est repris par le fonds KKR, aux côtés de l'un de ses actionnaires historiques, Bpifrance, détenteur de 5 % du capital depuis 2016. L'offre publique d'achat (OPA) amicale, accueillie « favorablement et à l'unanimité » par le conseil d'administration du producteur, s'établit à 50 € par action, un montant auquel s'ajoute un dividende de 84 centimes par action, payé en numéraire. L'annonce a fait immédiatement progresser l'action Albioma de 15 % à la Bourse de Paris. L'offre représente une prime de 51,6 % par rapport au cours de clôture du 7 mars dernier, avant les rumeurs de marché. La prime par rapport au cours de Bourse moyen pondéré par les volumes sur les trois derniers mois ressort, elle, à 46,6 %.

Retrait de cote 

Frédéric Moyne, Albioma

Frédéric Moyne, Albioma

La note d'information relative à l'OPA devrait être déposée auprès de l'AMF d'ici à la mi-mai, KKR ayant l'intention de retirer Albioma de la cote, sous réserve d'atteindre le seuil des 90 % du capital et des droits de vote à l'issue de l'offre. Le financement de la transaction sera réalisé à travers ses fonds infra affiliés, aux noms non dévoilés. L'investissement de Bpifrance serait lui réalisé via un apport d'une partie de ses titres à KKR, au prix de l'offre. « L'accord de soutien à l'offre prévoit notamment le paiement par Albioma de 10 M€ dans l'hypothèse où une offre concurrente venait à être déposée et connaîtrait une suite positive, indiquent les deux parties. Réciproquement, KKR s'engage à payer à Albioma le même montant si elle ne dépose pas l'offre publique ou si elle n'obtient pas les autorisations réglementaires requises. » 

Une capitalisation d'1,6 Md€ 

Une centrale de géothermie d'Albioma, en Turquie.

Une centrale de géothermie d'Albioma, en Turquie.

Dirigé par Frédéric Moyne, son p-dg, et affichant une capitalisation d'1,6 Md€ pour un Ebitda de près de 215 M€, Albioma représente une puissance installée supérieure à 1 GW dans la biomasse, le photovoltaïque et plus récemment la géothermie, avec l'acquisition de deux centrales électriques en Turquie (lire ci-dessous). Fort de 14 sites répartis dans les départements d'Outre-mer français, l’île Maurice et le Brésil, le producteur est partenaire de l'industrie sucrière pour produire de l'énergie renouvelable à partir de la bagasse, un résidu fibreux de la canne à sucre. Adossé à KKR, Albioma compte « investir massivement dans la transition énergétique dans les DOM-TOM d'ici 2025, afin d'atteindre près de 100 % d'EnR d'ici 2030 ». Le géant américain, dont la branche infra est co-dirigée en Europe par Vincent Policard depuis Londres, va pour cela lui « mettre à disposition son expertise opérationnelle et ses ressources financières pour accélérer son expansion à l'international ». 

10 Md€ investis en France depuis 2002

Vincent Policard, KKR

Vincent Policard, KKR

Affichant plus de 40 Md$ (36 Md€) gérés dans les infrastructures core et core+ depuis le lancement de son activité infra en 2008, KKR réunit une centaine de professionnels dans le monde sur ce marché, dont 80 investisseurs (parmi lesquels une trentaine en Amérique du Nord, une trentaine en Europe et le dernier tiers en Asie). Au cours de la dernière décennie, il a réalisé plus de 65 transactions, majoritairement dans la transition énergétique (producteur d’EnR, réseaux de chaleur, compteurs intelligents, économie circulaire, cogénération...) et le secteur du numérique (télécoms et digital). Présent depuis 2002 en France, le fonds y totalise 10 Md€ tous secteurs confondus (infrastructures, real estate, private equity...). Parmi ses actifs figuraient les développeurs Renvico (revendue à Engie) et Coriance (cédé à First State Investments). Dans les télécoms, il a investi dans Hivory, passé entre les mains de Cellnex l'an passé. Doté d'une imposante puissance de frappe, KKR a récemment achevé la levée de son quatrième fonds d'infrastructure, KKR Global Infrastructure Investors IV, à hauteur de plus de 15 Md€ (17 Md$). Commercialisé dès novembre 2020, avec un premier tour en mai dernier, il a dépassé son objectif initial de 11,9 Md€ (12 Md$) et son hard cap de 14,5 Md€ (16 Md$ - lire ci-dessous). 

CFNEWS Newsletter

Tous les vendredis
Recevez tous les vendredis toute l'actualité financière et data des infrastructures : Levées de fonds, Capital Développement, M&A, ...
Retrouvez tous les articles sur : ALBIOMA (EX SECHILIENNE SIDEC) , KKR

Voir la fiche (descriptif, deals, synthèse, équipe...) de :

Les intervenants de l'opération ALBIOMA (EX SECHILIENNE SIDEC)

Bourse / OPA